vlm la combattante coque

COQUE DE LA VLM




Comme promis pour les débutants voici une façon de faire pour réaliser une coque en bois.

Sur une planche bien plane et bien rigide, nous dessinons l'emplacement des coupes en respectant scrupuleusement le plan.
Les couples sont alors positionnés à leur emplacement respectif. Il y a lieu de vérifier leur ordre. Ils doivent être parfaitement perpendiculaires au plan de travail vous pouvez vous aider d'une équerre. Si le pont n'est pas plat, vous devrez mettre des cales sous les couples. Encore une fois vérifiez sur le plan les différentes hauteurs nécessaires.
La quille et les blocs avants sont mis en place.
Les couples sont provisoirement fixés sur le chantier. Par pointage ou collage.
Dernière opération pour terminer notre squelette : La quille et les blocs avant et arrière sont collés aux couple. Ici à la colle blanche vinylique résistant à l'humidité.
 
 
Dernière opération pour terminer notre squelette :

Bien vérifier si la quille est droite, les couples bien alignés et bien perpendiculaires au plan de travail.
La quille et les blocs avant et arrière sont collés aux couples. Ici à la colle blanche vinylique résistante à l'humidité.
 
 
L'habillage de la coque se fait en collant des baguettes sur les couples. Nous commencerons d'un coté ( par exemple coté droit ) par coller la baguette la plus prés du pont. Puis nous collerons la baguette qui lui est symétrique.( du coté gauche ). Nous continuerons à mettre nos baguettes de la même façon en alternant à chaque fois coté droit, coté gauche. Ceci est important cela évite à la coque de se virer.
Les baguettes sont non seulement collées sur les couples mais également entre elles.
Pour maintenir chaque baguette en place pendant le séchage de la colle, tous les moyen sont bon. Le plus simple est de les clouer sur les couples sans enfoncer complètement les clous afin de pouvoir les retirer ultérieurement.
 
 
Un premier ponçage est effectué. Pour cela nous utiliserons une cale à poncer ( du papier abrasif collé au double face sur une cale en bois fera l'affaire ). Si nous ponçons au papier tenu avec la main, le papier va épouser les formes. Nous poncerions alors non seulement les bosses mais aussi les creux. Le ponçage à la cale n'enlève de la matière que sur les bosses et c'est bien ici ce que nous cherchons à faire.
L'intérieur reçoit une couche de résine polyester destinée à protéger le bois de l'humidité.
L'extérieur sera recouvert d'un fin tissu de verre et de résine polyester qui donneront solidité à notre coque.
Encore un petit ponçage toujours à la cale.
La coque est en suite recouverte d'enduit polyester. Ce produit sèche très vite aussi ne faut il en préparer que de petites quantités à la fois.
Puis nous poncerons encore plusieurs fois avec du papier gros grains, puis du moyen, puis du fin. Votre travail ne vous satisfera certainement pas encore. Il sera sans doute nécessaire de remettre de l'enduit ici ou là et de recommencer le ponçage. Lorsque l'état de surface vous satisfera, nous pourrons attaquer la peinture.
 
 

Bien entendu vous trouverez toujours un modéliste qui vous expliquera que ce n'est pas ainsi qu'il faut s'y prendre. N'en concluez pas trop hâtivement que notre méthode n'est pas bonne, n'en déduisez pas non plus que cet interlocuteur étale sa science et se croit plus fort que les autres. Il y a plusieurs façons de s'y prendre qui donnent de bons résultats.